Royal Syndicat d'initiative
Pour les Amis

Retrouvez nous
Abonnement Newsletter
* = Champ requis
Archives

Géants Amis de Tournai

GeantsLogo

 
GeantReineREINE TOURNAI

Cerveau inventif d’Edouard Tréhoux qui créa son premier Géant qui fut Reine Tournai, personnification souriante et paisible de l’antique cité royale.
Unique personnage allégorique de la grande famille des géants de Tournai, elle sortit pour la première fois à l’occasion de la braderie du 19 septembre 1932.

 

 

 

 

CHRISTINE DE LALAING,

Princesse d’Espinoy et ses officiers Pierre de Meleum fut choisi par le Conseil d’Etat et nommé par les Etats Généraux en qualité de Gouverneur de Tournai. Sa femme Chrestienne (dite Christine) assuma le remplacement du Gouverneur pendant son expatriation en France (Dunkerque) et anima le courage de ses soldats. Elle fut l’âme de la résistance qui durant jusqu’au 30 novembre 1581, soit deux mois. Elle fut l’inspiratrice de la défense et ne fut réduite à la reddition que par la famine, l’épuisement des soldats et la pénurie de munitions.

 

GeantLethaldeLETHALDE et ENGELBERT

L’histoire de ces deux Croisés, de ces deux frères natifs de Tournai, leur honneur est d’avoir franchi les premiers murs de Jérusalem, le 15 juillet 1099, précédant Godefroid de Bouillon et son frère Eustache de Boulogne.

 

 

 

 

 

 

GeantLouis14LOUIS XIV

Au cours de la Guerre de dévolution, Louis XIV investit Tournai dans la nuit du 20 au 21 juin 1667. Après une résistance beaucoup plus symbolique qu’effective, les Magistrats offrirent la capitulation qui fut acceptée par le Roi qui, le 23 juin 1667 fit son entrée solennelle à Tournai, par la Porte de Lille.

Louis XIV s’appliqua à faire de Tournai une des villes importantes de son royaume : la plus forte place militaire, le plus haut degré de justice, le plus puissant foyer de commerce et de culture des Pays-Bas. Construction d’une citadelle moderne renouvellements des constructions dans les quartiers.
Le Roi soleil a incontestablement marqué Tournai de son empreinte. C’est lui qui le premier, mit cette apposition au nom de cette Ville : « Berceau de la monarchie ».

 

 

 

GeantPetitChasseurLe p’tit Chasseur

Peloton de soldat

Ce dixième géant était né depuis longtemps dans l’esprit d’Edouard Tréhoux, que n’eut pas le temps de le réaliser. Tout était prêt : carcasse, tête, tissu …. Les Amis de Tournai s’attachèrent à sa réalisation.

 

 

 

 

GeantLouis18LOUIS XVIII

Il s’agit, en réalité, de Xavier-Joseph Delhaie, ouvrier faïencier, décédé le 27 mars 1866, à l’âge de 71 ans.
Ce nain, qui mesurait à peine un mètre, était, en fait, raccommodeur ambulant de faïences et de porcelaines.

 

 

 

 

 

GeantChaleVertLe Châle vert

L’institution des Châles verts et des Collets rouges date de 1826, mais ce n’est que plus tard qu’on leur donna leur nom en raison d’un détail particulier de leur costume : la couleur du Châle pour les filles et celle du collet pour les garçons.

Il s’agit d’une institution charitable en faveur des jeunes filles et des jeunes garçons.

Les Châles verts fréquentaient soit une école, soit un atelier d’apprentissage.

 

 

 

GeantSarragosSarragos, le Collet rouge

Enfant de quelques mois déposé au Tour des Enfants trouvés, le 16 décembre 1816, il fut déclaré à l’officier public de l’Etat civil, qui lui donna les prénom et nom d’Alexis Sarragos.

Après des séjours plus ou moins prolongés chez des « nourriciers » il devint, à 13 ans membre de l’Atelier de charité et porta, pendant cinquante-sept ans, l’uniforme ridicule des Collets rouges. Il est décédé à l’’Hospice des Vieillards, le 6 mai 1894.

 

 

 

 

GeantChildericChildéric

Clodion, l’ancêtre, chef des Francs, prit Tournai aux Romains, en l’an 442. Son fils, Mérovée, lui succéda. En faisant de Tournai sa capitale, il lui donna le titre de Cité royale ; en outre, il transmit son nom à la dynastie dont son fils, Childéric, devint chef en 456. Childéric mourut en l’an 481, à Tournai, et fut inhumé. Son fils, Clovis lui succéda et fit de Tournai la première capitale d’Occident. Il y fut solennellement élevé sur le pavois avant de quitter les rives de l’Escaut pour celles de la Seine.

Le 27 mai 1653, au cours des travaux de démolition auprès de l’ Eglise Saint-Brice, un ouvrier sourd-muet, Adrien Quinquin venait de découvrir le tombeau de Childéric. Outre les ossements royaux s’y trouvait un véritable trésor, un anneau portant l’effigie du roi et l’inscription « Childerici Regis » qui permit l’identification de la tombe.